Le 15/01/2008

Le label « bio » du biométhane carburant

nuage

Le biométhane carburant est un biocarburant de première génération qui conserve son label « bio ». Obtenu à partir de la méthanisation des déchets organiques urbains, il n’a aucune emprise sur les terres agricoles à vocation alimentaire, n’a aucun impact polluant sur l’eau ou sur l’air, et bien utilisé, il présente un bilan énergétique très positif. On estime à 20% la part que le biométhane pourrait prendre dans la consommation globale des carburants en Europe. De quoi défendre le biométhane carburant dans le cadre d’une politique européenne qui recherche le caractère « bio » des carburants alternatifs au sein d’une nécessaire diversité.


Après quelques années d’expérience en matière de biocarburants, les agro-carburants ne peuvent plus être présentés comme LA solution face à l’engagement de réduire notre consommation de carburants fossiles et de réduire nos émissions de GES. Leur production intensive pose des problèmes sociaux, environnementaux et énergétiques qui ne sont pour l’instant pas résolus.

Aujourd’hui, l’Union Européenne encourage la diversité dans l’utilisation des biocarburants et le développement des biocarburants de deuxième génération. Ces derniers sont produits à partir de toute biomasse et permettent de recycler tous les résidus de produits organiques. Ils soulagent ainsi la pression exercée sur les terres agricoles à vocation alimentaire. Néanmoins, le procédé permettant de transformer cette biomasse en énergie, le BTL (Biomass To Liquid) est loin d’être achevé. Il nécessite encore de gros investissements en recherche et développement et l’on estime à dix ans son arrivée sur le marché.

En attendant, le biométhane carburant a toute sa place et peut totalement prétendre à sa dénomination de « bio » et peut prendre jusqu’à 20% de part dans les carburants pour transports terrestres en Europe. Par ailleurs, le procédé de biométhanisation n’est pas particulièrement complexe, ce qui peut faciliter le développement rapide de sa production. Enfin, son potentiel est encore très grand : des avancées technologiques sont attendues afin de produire plus en collectant mieux et traitant mieux les biodéchets, en optimisant le fonctionnement des usines et de consommer moins dans des véhicules de plus en plus performants.

Pour atteindre les objectifs européens de 5,75 % d’utilisation de biocarburants en 2010 (et de 10 % en 2020), la diversité est indispensable, le biométhane carburant est par conséquent plein d’avenir.

 

Page d'accueil

Karamel : Communications and Actions